Réintégrer les droits de la Nature dans la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB)

Depuis novembre 2020, l’INNÉ s’est associé à la démarche visant à intégrer les DROITS DE LA NATURE dans la Convention des Nations-Unis pour la biodiversité : https://rightsofnaturecbd.earth

Le 12 juillet, le Secrétariat de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB) a publié la première ébauche du Cadre qui supprimait la condition suivante : « examiner, le cas échéant, les droits de la nature », la remplaçant par « employer des approches fondées sur les droits . »
https://lnkd.in/dr7Rex5i

Plusieurs organisations telles que Earth Law Center, Rights of Mother Earth, Rights of Nature Sweden, Earth Advocacy Youth et la commission mondiale de droit de l’environnement de l’UICN soutiennent la réintégration des droits de la nature dans le cadre mondial de la biodiversité post-2020. 

Aussi cette coalition organise une collecte de signature pour soutenir cette demande de reconnaissance des droits de la nature dans le cadre mondial de la biodiversité post-2020 .

Vous pouvez prendre connaissance de leur projet de recommandation ici : 
https://lnkd.in/dB_uei7X

Chaque organisation ou personne peut signer pour soutenir cette demande et vous avez jusqu’à mardi prochain, 17 août 2021: https://lnkd.in/dTe_g_qP.

Nous vous invitons également à partager cela dans vos réseaux.

L’Avenir du Vivant : Nos valeurs pour l’Action

Éthique de la Nature au Congrès Mondial de l’IUCN du 3 au 11 septembre 2021

Après plusieurs années de travail collectif sur le texte, une validation officielle, nous passons maintenant à l’étape de l’APPEL AU SOUTIEN GÉNÉRAL du Manifeste Éthique pour l’Avenir du vivant !!

>> Nous vous invitons à découvrir la vision éthique du Comité français à travers notre manifeste « L’avenir de la vie – Nos valeurs pour l’action ».

>> Nous vous invitons à signer officiellement le manifeste lors de l’inauguration de notre pavillon, en personne ou via un représentant désigné, sur le stand du Pavillon France le samedi 4 septembre à 12h00.

>>  Que ceux qui ne pourront pas être présents ou représentés, notamment des organismes, réseaux, etc, qui ne sont pas membres de l’UICN, n’hésitent pas à manifester leur soutien au Manifeste en envoyant leur message au Comité français (https://uicn.fr/contact/) ou en commentaire de ce message. Je les transmettrais à notre Présidente ainsi qu’aux Présidents du groupe éthique! 

>> De plus, nous offrirons un atelier interactif à vos membres à notre pavillon le lundi 6 septembre de 9h30 à 10h30.

C’est le moment d’AGIR pour la Nature, ne ratons pas ce rendez-vous !

La sagesse de la connaissance : Confessions à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, 2021

Ajay Rastogi
Village Majkhali, Uttarakhand, India

Clad in white Khadi Kurta Pajama a distinguished man with long flowing beard was sitting on an indefinite fast on the bank of Bhagirathi in 1994. He was demanding a thorough review of Tehri Dam project. It was the 34rth day already and the news was spreading fast. I was working in an environmental organization in Delhi and the youth network of INTACH was mobilizing people to go to Tehri together with Medha Patkar ji, the leader of Narmada Bachao Andolan. Almost 30 of us took the night bus to Tehri with her. It was amazing to see the health and zeal of Sunder Lal ji as he filled all of us with ecological, geological, cultural, social, historical, economical and spiritual insights into why the Tehri Dam should not be built the way it has been conceived and planned.

Having studied environmental science in college when the EPA (Environmental Protection Act, 1986) had just come out; I could feel that the explanations Sunder Lal ji gave were much more comprehensive than any scholarly literature could provide at that time. Filled with awe and inspiration, we sat through the night on the river bank and spent another couple of days witnessing his routine. His prayers, deep seated belief in human goodness, natural curiosity, universal values of human dignity and sovereignty. This was the first shake up on how university education is giving us an impression of ‘knowledge’ which has been incubated in silos. Obviously, the EIA (Environment Impact Assessment Guidelines, 1988) that came as a follow up to EPA were far too removed from the complexity that Sunder Lal ji talked about.

A restless heart of a young environment activist was further unsettled…it was a futile life in Delhi so it seemed. I requested for a job somewhere far and remote, and my office fortunately was starting a conservation programme in Arunachal Pradesh. So, soon enough my wife and I were living in Itanagar. As the luck would have it, the Arunachal unit of Himalaya Sewa Sangh, a network of the Gandhian institutions was close by and many Gandhians from across the country had gathered for an annual convention. There we met more women and men who wore simple khadi clothes and knew much more about their place say it be about water resources, forests, weaving clothes, rearing honeybees and cattle or growing crops. They went about in hand spun cotton clothes, talked in local lingua-franca, laughed a lot and ate simple meals. They didn’t have any airs about the Padma Shri/Padma Vibhushan, several of them were national awardees, and the recognition seemed only incidental unlike our graduate events of passing out from college where we feel the pride that now we know, how to change the world or perhaps to find out what is wrong with the world in the first place.

Many a times, the accessories become more important: proper shoes, dress, computer, phone, office etiquettes and the likes. These people just went around in ordinary sandals/chappals without much pride. Hobnobbing with them came with a natural ease of access, their eagerness to share life experiences and an easy laughter were another dose of reform that perhaps we need in the echelons of educational institutions where ‘degrees’ sometimes are treated with more respect than the ‘humane aspect of practical wisdom’.

Having settled down in Arunachal, it was time to reach out to the communities to work with. The first encounter was with an Apatani farmer. She was in her paddy field apparently weeding and selectively removing only some plants, and of certain age even within the same species of a weed. Prior to studying Environmental sciences, I had graduated in Agriculture and immediately my instinct to share the knowledge with her that she should keep the whole field clean, devoid of anything but paddy arose. However, with the language barrier between us, I was forced to keep patience. It was only after we reached the Kasturba Ashram in Zero, that I could raise the question to a hindi speaking sister, simply clad in a white khadi saree. The explanation was vivid with details on how many uses those ‘weed’ plants have not just as food for humans but in harbouring and nourishing other species that in turn are nurturing creatures up the food chain all the way to fish and to birds of prey.

She was not just a farmer, she was a steward of the local ecosystem. It was not just a lesson in landscape or watershed science or a theoretical lesson in agro-ecology requiring modeling and more experimentation on crop mixtures. She had inherited the wisdom and worked with a natural flare and grace. Going back to her simple bamboo dwelling, perched on stilts; recycling practically all the household water and food. No green labels, no responsible business awards or carbon credits; who cares in a simple and rich daily life. In the agriculture degree, 30 years ago I don’t remember being talked about indigenous knowledge systems or ‘bio-cultural agriculture’ respectfully. Though, there is some difference now, with acknowledgement for these and other organic systems, but the mindset of care is yet not a part of our natural resource education.

So, how much to unlearn, what to retain and how much to reform in ourselves and the institutions that galore, is a deep question. What we learn from these few examples is often shoved off as small scale or alternate. 30 years later, I am not so convinced anymore that what was taught as mainstream should anymore be considered so. I have had the fortune of meeting and learning from some of those who cared less about how much change they can bring about but lived their traditionally rich lives and also those who changed their life to ‘be the change’.

Sunder Lal ji left his body 2 weeks ago on May 21, 2021. He has faded away but an era of extraordinary accomplishments and changes brought about through simplicity and force of self conviction would perhaps remain and hopefully consolidate in future. There are many more like him and wonder when we would be able to bring that ‘transformative education’ in our institutions of learning. I am fortunate to live in a village, close to Lakshmi Ashram in Kausani where Radha Behn in her 80s is still going strong in helping young girls flourish, despite her ailing health now. It would be a real loss for the youth in college and out of college not to have had the experience of meeting and getting inspired from many such people spread across in every community and country.

How many universities equip us to deal with local issues and incorporate the traditions that may have positive potential in pretty much every subject? How many agricultural scientists are able to break through silos to make a self regenerative paddy field and see it as a part of the ecosystem? Above all are we able to instill pride in being happy in a simple and rich life where deep wisdom, love and optimism is deceptively hidden behind seemingly ordinary ways and means.

Atelier d’information et de sensibilisation sur les enjeux de la protection de l’Environnement et du Développement Durable pendant la pandémie de la Covid-19

Depuis plusieurs mois, l’INNÉ soutient TIMS dans le développement du projet Green Combi. Ce projet, fruit d’une réflexion collective, se veut un des acteurs d’une transition écologique réussie au Cameroun, en Afrique et partout où le besoin se fera sentir. 

L’objectif de ce Projet est de contribuer à éveiller la conscience des enfants sur la nécessité de préserver et de restaurer notre environnement. A cette fin, une formation à la fois théorique et pratique sur les outils, méthodes et moyens pour lutter contre la dégradation de l’environnement, permettra d’atteindre au-delà de ce but spécifique, les Objectifs pour le Développement Durable (ODD). 

Dans le cadre de nos activités nous avons initié le projet au Lycée Technique de Douala Koumassi (LTDK). Ceci par un Atelier d’information et de sensibilisation sur les enjeux de la protection de l’Environnement et du Développement Durable pendant la pandémie de la Covid-19.

L’atelier d’information et de sensibilisation sur les enjeux de la protection de l’Environnement et du Développement Durable pendant la pandémie de la Covid-19, s’est faite avec le concours des experts. 

De la droite vers la gauche nous avons :

· Félix Richard EKWE EPOÏ, Épidémiologiste/ Expert en Santé Publique/Enseignant

· Emily Koubisese, Responsable de projets, stratégie, Média et Publicité, à Co-Founder Oclock Marketing

· M. NJOUME NJABA Cyrille, Environnementaliste, Facilitateur Communautaire, Consultant sur les problématiques Environnementales, Président d’Agir Ensemble pour un Développement Durable

L’atelier 

Moment intense d’échanges et de partage avec les élèves. 

La première articulation portait sur la relation entre protection de l’environnement et le Covid-19. 

La présentation a été axée sur :

· la définition de l’environnement

· la signification de COVID-19 et ses causes

· le lien entre environnement et COVID-19

· Les leçons

La seconde articulation portait sur  la Covid-19 et son impact sur l’Objectifs N°3 des objectifs du Développement Durable.

Le travail a été segmenté en deux séances :

SEANCE 1: Diaporama Synthétique COVID – 19 

Coronavirus SARS-Cov-2

Objectifs d’apprentissage :

¨ Comprendre ce qu’est la COVID – 19 et comment elle se transmet

¨ Comprendre la signification et l’utilité des gestes barrières et de la distanciation physique

¨ Réfléchir et comprendre comment mettre en pratique ces règles pour minimiser les risques de transmission

¨ Définir et diffuser ces règles dans son entourage scolaire 

¨ Comprendre les perspectives de prévention et de traitement

SEANCE 2 : Impacts de la Covid-19 sur les  ODDs

· Intitulé: Bonne Santé et bien-être 

· Axe diagnostic: Santé maternelle, Santé infantile, le VIH/sida, Paludisme et autres maladies

· Impact Direct: Amélioration de l’état de Santé des personnes d’ici 2030

La dernière articulation fut la remise des tee-shirts du projet et la conclusion par les cadres de l’établissement.

L’atelier d’information et de sensibilisation sur les enjeux de la protection de l’Environnement et du Développement Durable pendant la pandémie de la Covid-19  a été une première. 

Le début d’une longue aventure pour l’atteinte des ODDs. Le projet  fait appel à tous.  La mobilisation doit être générale. 

Si vous souhaitez aider TIMS à porter ce projet d’éducation au vivre ensemble, vivre autrement en harmonie avec le vivant, n’hésitez pas à contacter directement :

 TIMS 
Douala-CamerounTél : +237 680 75 53 96        +237 698 45 86 73
infotims.groupe@gmail.com       

Nos liens avec les peuples du monde sont une richesse que nous découvrons à chaque initiative.. Ceux qui pensent que mieux comprendre les autres permet de mieux comprendre le vivant, et de mieux se comprendre, et qui veulent en savoir plus, contactez-nous : secretariat@negociation-ecologique.fr

[Afrique] Finance verte et discernement

Comment comprendre et gérer l’arrivée massive de financements verts qui va s’abattre sur l’Afrique après les annonces faites lors du One Planet Summit, dans le respect des cultures et des besoins (ou non!) des Africains ?

Ce matin, nous nous sommes retrouvés entre membres de l’INNÉ pour regarder ensemble le chemin que prennent les acteurs principaux de la finance verte (Banques régionales, banques de développement, etc)…

Nous avons analysé ensemble et de manière détaillée le contenu du « Petit livre de l’investissement pour la Nature : le guide pratique du financement de la vie sur terre », pour en faire émerger des problématiques concrètes, des points de vue différents entre les outils proposés et les besoins locaux, des questionnements, des positionnements éthiques et des pistes pour l’Afrique et les pays pauvres qui vont devoir se positionner face aux enjeux économiques et financiers qui se présentent à eux.

Après presque 3h de discussion, éclairée des expériences de Guy TINDJOU au Cameroun et Larios Mavangou au Congo, nous ouvrons le groupe de travail sur « le discernement et l’alignement du terrain à la décision » en partant de cette vague d’outils financiers destinés à reverdir le monde, mais pour sauver quoi et comment ?

Si vous souhaitez intégrer ce groupe, envoyez votre demande à secretariat@negociation-ecologique.fr

[Cameroun] Éveiller la conscience des enfants à l’environnement est une priorité

TIMS éveille la conscience écologique des jeunes camerounais

L’objectif de ce Projet est de contribuer à éveiller la conscience des enfants sur la nécessité de préservation et de restauration de notre environnement. Nous le faisons par le moyen de la formation autant théorique que pratique sur les outils, méthodes et moyens pour faire face à la dégradation de l’environnement.

« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne » V.Hugo

L’INNÉ soutient pleinement ce projet du coeur qui met le doigt sur l’essence-même de la solution aux évolutions écologiques que nous rencontrons.

Les enfants du Monde méritent la plus belle des attentions, et nous soutenons Guy TINDJOU, notre correspondant au Cameroun, pour son initiative et son dévouement pour ce projet.

contact : infotims.groupe@gmail.com

Partage d’expérience (1)

Hier matin, le jeudi 28 janvier 2021, l’INNÉ a accueilli Iris, élève-avocate, pour initier un moment de partage autour de son expérience au sein des peuples autochtones d’Equateur (Zapara et Quechua).

Notre intention était de partager un moment libre pour ressentir la puissance de ces expériences et ce moment nous a mené à nous questionner sur leur transmission au sein de nos vies civilisées.

La présentation s’est enrichie des expériences qu’ont pu vivre plusieurs membres de l’INNÉ : Ana Rachel nous a parlé des peuples et communautés du Brésil et de Guyane, Guy nous a apporté deux visions de la relation Nature-Humain au Cameroun (fusion ou domination par les initiés de la forêt), Ajay qui revenait de 6 semaines de travail d’agriculture traditionnel sur ses terres de l’Est de l’Himalaya a éclairé la question de l’héritage, Christoph a partagé ses expériences en Inde et en Chine…

Héritage, déconnexion… Quelques termes sont apparus et ont lancé le mouvement pour poursuivre sur ce chemin. D’autres moments seront organisés dans la continuité afin d’aller un peu plus loin sur ces questions qui unissent la planète aux humains.

Ainsi se partagent et se construisent les principes de la négociation écologique

Nature-Humains : éclairer l’intention des décideurs et investisseurs

L’humanité commence à prendre conscience que sa survie est liée au bien-être et à la santé de la planète, de sa biodiversité, de ses écosystèmes terrestres et marins… Il devient nécessaire de repenser l’humanité en tant qu’un élément du Tout. Quelle place prend-elle actuellement ? Comment évolue-t-elle ? Vers où veut-elle aller ?

Cette prise de conscience a provoqué un frein des quatre fers. L’épidémie manifestée au niveau global a été l’occasion de s’arrêter et de repenser à notre place et aux liens que nous tissons avec notre environnement direct, notre alimentation et plus largement avec le monde vivant, la nature (biodiversité, écosystèmes)… Nous entrons en 2021 avec un grand rassemblement virtuel pour se poser la question de la place à donner à la biodiversité. Le One Planet Summit qui s’est tenu le 11 janvier 2021 n’est pas une négociation internationale. Il s’agit d’une coalition, c’est-à-dire un rassemblement d’acteurs prêts à s’engager pour une même cause, ici, la biodiversité. Des milliards de dollars vont être déversés pour cette cause, devenue une priorité. La France a pris la tête de cette coalition. Des représentants d’Etats, de banques, d’ONG sont venus mettre sur la table les moyens, principalement financiers, qu’ils estiment être nécessaires pour « résoudre le problème de la biodiversité ».

A l’image de la cause climatique, il s’agissait aussi d’offrir à la biodiversité une place centrale. C’est chose faite. Mais la question de la biodiversité ne peut pas se résoudre comme celle du climat. Le réchauffement s’évalue en degré. Le marché repose sur le crédit carbone.. Bien que de nombreuses questions techniques soient encore en suspens, avec le climat, l’humain et son modèle économique ont réussi à se positionner pour agir collectivement et globalement grâce à des bases communes et des procédés standardisables. Cependant, avec la biodiversité, il va falloir approfondir la démarche avec beaucoup plus de spécificité car comme son nom l’indique, nous traitons un sujet composé d’une diversité d’éléments incomparables, présents de manière épars et déséquilibrés sur la planète. Il y a des espèces emblématiques (comme les lions, les éléphants, les baleines) et la biodiversité ordinaire. Il y a des espèces parapluies, d’autres invasives… Tant de catégories, d’enjeux, d’idéaux… Et quoiqu’il en soit, pour chacune de ces catégories, il s’agit d’une problématique endémique. Le marché est inexistant, il n’y a pas de valeur commune et les impacts directs ou indirects sont difficiles à évaluer en terme de capital naturel car nous n’en connaissons pas la « valeur ». L’outil des évaluations d’impact avec le volet biodiversité existe de longue date (cf ma thèse sur la négociation écologique en droit des études d’impact environnemental). Des outils, des méthodes, des procédures ont été développés et la surveillance de la biodiversité et les nouvelles technologies pour améliorer le travail des écologues trouve un marché intéressant (capteurs, cameras…) (j’ai été responsable du service R&D et innovation d’un bureau d’étude en ingénierie écologique spécialisé sur les projets d’énergie renouvelables). Nous savons de mieux en mieux observer, et nous tentons de comprendre le monde vivant. Nous tentons autant que possible de limiter nos impacts… Mais nous (humain), nous sommes capables de mesurer nos impacts locaux, ceux des projets et programmes d’un territoire bien défini. Nous avons du mal à évaluer les impacts indirects, diffus, mais nous y travaillons. Nous sommes capables d’offrir non pas une vérité mais une estimation. Et nous ne sommes pas capables de réparer nos impacts. Nous sommes capables de restaurer, nous tentons de conserver mais nous sommes loin d’être Dieu. Nos actions négatives ont des impacts quoiqu’il en soit… Et la compensation environnementale n’est pas un outil satisfaisant. Un exemple simple : on ne compense pas la destruction d’une forêt centenaire en replantant de jeunes pousses d’arbres. Là, on créé un champ d’arbres… c’est différent.

Une question que je m’étais posée déjà à l’époque était celle de mesurer nos impacts globaux. J’étais tombée sur les travaux de la CDC-biodiversité et du global biodiversity score.. Voilà, on y est, les humains se dotent des instruments, outils et méthodes qui lui permettront d’évaluer leurs impacts au niveau global… Mais voilà le problème où nous nous trouvons. Devons-nous financer nos erreurs et financer leur réparation en flux tendu ? ou devons-nous financer nos vertus et changer de cap pour permettre à la biodiversité de produire ses bienfaits et se régénérer ?

Au One Planet Summit, lors du Forum de l’investissement sur la Grande Muraille Verte, les Etats et entités présentes ont dit être prêtes à financer ce projet à hauteur de 10 milliards d’euros. Beaucoup d’argent a permis de financer des projets sur les forêts dans le cadre de la finance climat. Au départ, l’idée était de regarder uniquement comment financer des projets forestiers qui étaient considérés comme des puits de carbone. Mais la question des projets fléchés avec un objectif précis peut s’avérer être un danger pour les équilibres vivants, les populations locales, l’organisation de la vie autour de la ressource. Comme le disait récemment M.Barbut, les premiers programmes REDD ont alors du évoluer en projet REDD+ puis REDD++ pour s’ouvrir à la question de la complexité et des interrelations avec la biodiversité puis avec les communautés locales. Une forêt est vivante, constituée d’individus qui apparaissent les uns après les autres au gré des conditions favorables et des expériences… des écosystèmes, des interdépendances se créent. Les humains, les peuples racines s’adaptent à ce mouvement de vie. Ils consomment ce dont ils ont besoin pour leur survie… Ils respectent des cycles, se soumettent à des lois universelles, sont à l’écoute des équilibres..

Cette question revient à poser la question des aires protégées marines et terrestres. Le One Planet Summit a rappelé cet objectif d’atteindre les 30% d’aires protégées marines et terrestres (dont 10% de protection stricte). Mais encore une fois, il s’agira là aussi de veiller à ce que chaque projet soit adapté à ses problématiques particulières. L’IUCN définit 6 types d’aires protégées (comme les Parcs Nationaux). Chaque catégorie relève de problématiques propres notamment en matière de gouvernance. Les retours d’expérience sur la manière de mener à bien des projets de conservation de la Nature montrent que ces projets ont souvent causé plus de problèmes qu’ils n’en n’ont résolu (augmentation de la pauvreté des populations locales qui n’ont plus accès aux ressources, militarisation de certaines zones de protection, création d’un tourisme d’élites pour découvrir une nature « sauvage »…) Beaucoup de biais en fonction des projets. Les logiques d’exclusivité, de retour à une nature vierge sont une vision, il y en a une pluralité d’autres. Les projets les mieux dotés sont semblent-ils ceux qui arrivent à atteindre des objectifs de conservation intéressant. Un webinaire d’experts sur les stratégies de conservation de la biodiversité en Afrique organisé par le CIRAD auquel j’ai assisté fin 2020 mettait en évidence l’importance de bien considérer la question des problématiques locales, endémiques à chaque projet d’aire protégée. Rappelons qu’en Afrique, il y a 8500 aires protégées et qu’aux côtés des grands parcs souvent évoqués, il y a de nombreuses aires protégées de petites tailles (communautaires, etc.) qui ne sont pas onéreuses…

Concernant le financement pur de cette mesure, selon Julien Calas, « Waldron et al estiment de 103 à 178 milliards de dollars les besoins budgétaires en 2020 pour atteindre la cible de 30% d’aires protégées considérant que dans l’état actuel, les ressources financières des AP existantes sont déjà insuffisantes ». Ces besoins considérables en matière de financement pose sur la table la question qui s’était déjà posée au sujet de la finance climatique : qui doit payer ? Les fonds publics ou le secteur privé ? Souvent à défaut de fonds publics, les aires protégées sont prises en charge par le secteur privé, notamment des ONG de conservation…

La question de la définition de la finance verte ou « finance climatique » est restée en suspens lors de la COP25 et aurait du être éclaircie lors de la COP défaillante de 2020. Mais ce qui est clair, c’est que la coalition étant composée d’acteurs publics et privés, elle règle le doute sur l’origine des fonds pour la biodiversité. On parle de « blended finance », c’est-à-dire « l’utilisation stratégique de financement du développement et des fonds philanthropiques pour mobiliser les flux de capitaux privés vers les marchés émergents, engendrant des résultats positifs pour les investisseurs et les communautés touchées ». Le problème de ce type de financement peut se poser en termes éthique. Financer des projets ou des Start up pour de l’innovation a tout va, promouvoir l’emploi, l’agro-écologie dans le but de générer de l’activité économique, voici bien un programme qui va à l’encontre du discours écologique. Se pose ici un problème d’intention. Pourquoi finance-t-on la biodiversité : pour générer de l’activité économique ou pour résoudre l’équilibre écologique global ? Voici donc une question qu’il s’agira de se poser autant de fois que nécessaire au vu de la déferlante de financements et d’investissements qui va soudainement s’abattre sur la cause « biodiversité ».

Par ailleurs, n’oublions pas que dans une logique « projet », les bailleurs sont dans une logique des financements sur 3-4 ans, alors que l’aménagement du territoire, la concertation entre acteurs, la prise en main par les acteurs locaux de leur problématique et des enjeux qui sont les-leurs est une problématique de long terme. N’oublions pas non-plus que déforester d’un côté et planter des arbres d’un autre n’est pas une compensation équivalente…

Restera la question de la transparence qui sera au centre du travail mis en place par la « Task force sur la Financial disclosure » c’est-à-dire tout ce qui concerne la transparence sur les impacts des entreprises financières sur les questions de biodiversité; et sur comment les banques et assurances vont mesurer l’impact de leurs actions en matière de biodiversité.

Je pourrais encore parler des heures mais au final, où en sommes-nous ? L’humanité peut se poser cette question : Pourquoi travailler à définir un capital naturel, approfondir nos connaissances en matière d’évaluation des services écosystémiques et définir des systèmes de valeurs à travers le paiement pour services écosystémiques, développer les concepts de solutions fondées sur la nature, créer des valeurs, des standards et des normes pour nous permettre de mesurer, d’évaluer, de contrôler nos activités, nos impacts, nos investissements, notre production et notre consommation…? Quelle intention mettons-nous dans le développement de nos activités ? Nous avons décrété que nous avions besoin de développer de l’activité mais la Nature en a-t-elle besoin ? La coalition lance un mouvement pour aboutir à de futures négociations et pousse les Etats et les autres acteurs à se positionner sur cet enjeu, mais quels sont les garde-fous éthiques, sociaux, spirituels, scientifiques ?

Il existe une loi selon laquelle un être vivant change son comportement du simple fait d’être observé. Si la Nature se voit prise d’assaut par les humains, observée, bardée de capteurs et d’indicateurs… ne risque-t-on pas au lieu de sauver le monde vivant, d’arriver à l’éteindre ? Peut-on offrir une place à la patience et à l’inaction ? Nous en avons vu les bienfaits dernièrement… voir la carte des bienfaits de la pause écologique.

Sève Carrez, 13 janvier 2021.

Le One Planet Summit, comme si vous y étiez…

Forum d’investissement pour la Grande Muraille Verte

11 janvier 2021: 10h-12h

L’INNÉ a assisté au One Planet Summit ce lundi 11 janvier 2021 et vous partage son relevé de notes intégral prises pendant les échanges.

L’objectif est d’arriver à un investissement de 10 milliards d’euros dans le capital naturel cette année. La Grande Muraille Verte (GMV) est une initiative africaine portée par les Africains. Elle n’a pas seulement pour vocation de planter des arbres mais également de restaurer les terres dégradées, de faire la paix avec la Nature, de contribuer à la transformation écologique et économique du Sahel, de fournir des emplois, d’arriver à une meilleure sécurité alimentaire et de créer des opportunités d’affaire en faveur des communautés rurales et locales.

La GMV repose sur 5 piliers d’action :

  • l’investissement dans les petites et moyennes entreprises ;
  • l’engagement dans des activités de restauration des terres et écosystèmes ;
  • la création d’infrastructures résilientes au changement climatique et l’accès aux énergies renouvelables ;
  • la gouvernance efficace visant à une meilleure stabilité, sécurité alimentaire, accès à l’emploi ;
  • le renforcement de la capacité de déploiement des pratiques résilientes.

La crise sanitaire a créé des opportunités incroyable.

  • Yannick Glemarec : Directeur du Fonds Vert pour le Climat (FV) :

Le monde n’est pas sur la bonne voie pour atteindre les Accords de Paris. La pauvreté et les conflits sont à la hausse. La GMV est un projet visionnaire pour développer la finance verte. Le Fonds Vert travaille sur la lutte contre le désertification et travaille actuellement à l’élaboration d’un programme pour accélérer le projet.

925 millions de dollar seront versés à la GMV.

  • Gilbert Houngbo : Président du Fonds International du Développement Agricole (FIDA) :

Il y a un regain de mobilisation pour cette initiative visionnaire. En partenariat avec le Fonds Verts, le FIDA lancera un programme-cadre qui se situe dans les lignes des piliers de la Muraille Verte. La GMV va permettre de créer des opportunités nouvelles ; un renforcement des capacités techniques des acteurs locaux ; la création de 10 Millions d’emplois d’ici 2030. Ces avancées ne sont possibles que si dès aujourd’hui il y a une implication à l’échelle privée en tant qu’investisseurs mais aussi en tant que porteurs de savoirs-faire, d’innovations et de technologies.

Le FIDA va doubler ses investissements dans la GMV.

  • Nicole Schwab – Codirectrice de la plateforme du Forum économique mondial (FEM) :

Il faut passer à une économie ayant un impact positif sur l’environnement, il faut reconcevoir l’économie. Le dernier rapport estime qu’une telle transition permettrait de générer 10 000 Milliards de dollars. Le FEM soutient les objectifs de la GMV avec :

  • la mobilisation du secteur privé autour des chaînes de valeurs de l’agroforesterie ;
  • l’identification de projets et modèles innovant à travers une plateforme qui permet de faire des proposition (avec notamment le lancement d’un challenge concernant la GMV) ;
  • le soutien du mouvement des jeunes.
  • Abdoulaye Dia – Secrétaire général de l’Agence panafricaine de la grande muraille verte (APGMV) :

Il salue la large coalition d’acteurs pour ce projet. Il faut un changement de paradigme et une approche dans la gestion des financements. Pour cela il faudrait l’harmonisation et la coordination des interventions multilatérales, la responsabilisation pleine et entière des États ainsi qu’un renforcement des capacités techniques de structure et une prise en compte de la soutenabilité de la dette des États membres.

L’idée est de concéder plus de 60 % des financements sous forme de dons et le reste sous forme concessionnelle. Il est temps que l’espace nourri ne soit pas vain, de passer enfin de l’espoir aux réalités concrètes et tangibles.

  • Rémy Rioux – Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) :

L’AFD a mobilisé 650 millions d’euros en faveur de projets contribuant aux objectifs de la GMV :

  • promotion de l’agro-écologie ;
  • projets de développement de territoires ruraux ;
  • promotion des énergies renouvelables ;
  • appui du pastoralisme ;
  • mise en avant des acteurs locaux.

L’AFD mobilisera 600 millions d’euros dans les 5 prochaines années pour ce projet.

Elle souhaite se mobiliser pour que les banques publiques de développement viennent investir dans la grande muraille verte et mobiliser le secteur privé (banques internationales, banques régionales, banques nationales notamment agricoles).

  • Werner Hoyer – Président de la Banque européenne d’investissement (BEI) :

Il faut investir dans beaucoup de domaines. La banque doit être alignée sur les Accords de Paris.

A partir d’aujourd’hui, la biodiversité a été ajoutée comme condition pour obtenir des obligations de la BEI. Il s’agit d’un exemple tangible de la manière dont la finance peut protéger le climat.

La cible est de mobiliser 1000 milliards d’euros dans les 10 années à venir pour soutenir les solutions technologiques nouvelles et compléter les sources de financement pour un impact positif sur l’environnement. La BEI soutient le projet de la GMV a hauteur d’1 milliard de dollars, l’idée étant :

  • d’établir des actions pour une adaptation au climat et à la biodiversité ainsi qu’une protection des écosystèmes ;
  • de permettre l’accès à l’eau potable dans cette zone ;
  • de permettre une énergie propre ;
  • de participer au projet du Burkina Faso pour éliminer l’impact du manque de pluviométrie ;
  • de créer un fonds pour aider les projets de ce type.

Ces projets ont pour vocation d’améliorer la stabilité à long terme dans le Sahel. La BEI soutient toute mesure pour une coopération plus forte avec les banques, institutions financières et États du G5.

  • Akinwumi Adesina – Président de la Banque africaine de développement (BAD) :

Il faut protéger l’environnement et la biodiversité. Ce mur protège notre existence collective. En le construisant, cela permettra une sécurisation du Sahel, une réduction des migrations et une amélioration des vies des populations. M. Adesina félicite l’initiative de la France et soutient ce projet.

La BAD va investir 20 millions de dollars pour aider à construire une station solaire (accès à l’énergie) pour la GMV.

La BAD mobilisera 6,5 milliards de dollars pour appuyer la GMV.

  • Qu Dongyu – Directeur Général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) :

Il y a un besoin d’une plus grande collaboration entre les communautés nationales, locales et des secteurs privés. Il faut des politiques innovantes, de nouveaux buisness model et davantage de capital des banques vertes.

La FAO et la CNUCED ont alors développé un plan d’action systématique à l’échelle des Nations unies. 238 millions de dollars seront investis pour appuyer les 5 piliers de la GMV et 1,15 milliards de dollars pour appuyer les 11 pays de la GMV dans le domaine agricole. Il s’agit d’une opportunité historique pour faire face au changement climatique.

  • Brian Moynihan – Président du Conseil et Directeur général de la Banque d’Amérique ;  coprésident de l’initiative du Prince de Galles du marché durable :

La banque souhaite créer une taxe carbone sur les opérations des entreprises. La Banque d’Amérique souhaite réduire sa consommation énergétique. De plus en plus d’organisations s’engagent pour la neutralité carbone et le lien entre financements traditionnels et sources de financements nouvelles peuvent être regroupés et permettre de mettre à projet des projets pouvant avoir un impact positif.

  • Karim Ait Talb – Co-fondateur de « I am Africa » et Directeur général de Geocoton :

1 humain sur 4 vivra en Afrique à la fin du siècle. Il faut faire une révolution doublement verte. L’Afrique dispose de jeunes dynamiques. Il faut opérer un changement de paradigme urgent. L’Afrique n’a que trop vécu de crises. La Covid a rappelé les défis de développement que nous n’avons pas su rappeler. Cette crise doit être un déclencheur de consciences. Par exemple au Sahel, la majeure consommation de produits laitiers provient de poudres importées alors qu’il y aurait largement la capacité de produit sur place le lait avec le bétail local. L’agriculture est sous-estimée. I am Africa veut libérer le potentiel africain et s’engage à participer à la réalisation des objectifs 2030 de la GMV. Les entreprises privées sont prêtes à prendre leurs parts pour construire une nouvelle dynamique.

  • Philippe Zaouati – Directeur général de Mirova :

Premier bilan de la GMV :

  • de plus en plus de projets locaux et éthiques sont viables économiquement : identification de dizaines de projets de ce type ;
  • de plus en plus de privés s’intéressent à ce projet (investissements privés), la bataille culturelle semble gagnée ;
  • les grandes entreprises s’y intéressent avec notamment la contribution à hauteur de millions d’euros de l’Oréal.

Il est important de combiner l’argent public et privé mais il y a une insuffisance de coordination actuelle (parfois les exigences de rentabilité sont trop élevées pour le public, le privé doit se mettre à jour dans son intégrité notamment). Cela implique de construire un modèle sur la confiance et la rapidité d’exécution.

Mirova mobilisera un fonds autant que possible pour financer des projets contribuant à la GMV. Il est nécessaire d’incuber de nouveaux projets et c’est pourquoi Mirova annonce un projet d’incubation de 30 millions d’euros (déjà 8 millions ont été versés) et fait un appel à donateurs pour lancer ce fonds avant le congrès mondial de la Nature de Marseille 2021.

  • Question/réponse :

Question : Quelles actions sont à entreprendre au niveau national pour mettre en œuvre les 5 piliers de cette GMV ?

Réponse : Pour se préparer à la Cop 26, les pays doivent avoir des plans de transition énergétique, ainsi que la capacité de prévoir les changements météorologiques (renforcement des capacités des pays en voie de développement pour qu’aient des centre météorologiques équipés). La commission de l’Union Africaine doit renforcer ses capacités des différents bassins.

  • Mohameed Ould Cheick ould el Ghazouani – Président de la République islamique de Mauritanie :

La GMV est un instrument privilégié pour s’unir contre la désertification, contre la perte de la biodiversité et contre la dégradation des terres et du changement climatique. Elle permettra alors une meilleure sécurité alimentaire et énergétique, l’autonomisation des femmes et l’emploi des jeunes. Elle peut conduire au développement résiliant et durable.

La Mauritanie a procédé à la ratification de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et inscrit dans sa stratégie de développement l’objectif qui vise à protéger ses écosystèmes terrestres.

L’objectif est débloquer 10 milliards de dollars sur la période 2021-2025 pour concrétiser les engagements des partenaires financiers. La mobilisation de ces financements contribuera certainement à atteindre les objectifs de la GMV qui vise la restauration de 100 millions d’hectares de terres dégradées et la création d’emplois verts.

M. le Président propose la création d’un fonds de la biodiversité dans lequel les États verserons une partie de l’annulation des dettes. Il invite les entreprises nationales et internationales à travailler en synergie pour soutenir le développement durable du Sahel et favoriser le transfert des technologies et savoirs faire aux États du Sahel ainsi qu’au déploiement de filières agroécologiques.  

La Mauritanie a mené d’importantes réformes et notamment la promotion d’un partenariat public-privé et l’adaptation juridique aux standards internationaux et la mise à niveau des infrastructures pour l’accueil de la croissance.   

  • Emmanuel Macron – Président de la République française :

La France est engagée sur la sécurité de la région. Il faut donner un avenir aux populations en Afrique. Ce projet soulève un enjeu d’opportunité économique, de création d’emploi, d’alimentation des populations, de biodiversité et de lutte contre la désertification ainsi que de lutte contre le réchauffement climatique. Tous ces défis sont réconciliés dans la réponse que la GMV apporte. L’initiative a connu des hauts et des bas mais fait partie aujourd’hui des réponses à la région du Sahel et au continent africain. L’initiative d’aujourd’hui mobilise des financements publics et privés, elle met un coup d’arrêt au scepticisme. A l’échelle des 11 pays concernés, il faut accélérer le mouvement.

En réalisant les objectifs de l’initiative en 2030, il y aura une capacité de séquestre 200 millions de tonne de carbone et des millions d’emplois créés : il s’agit d’une contribution réelle et concrète du continent africain à lutte contre dérèglement climatique.

La Banque Mondiale a montré l’exemple en réalisant la moitié des objectifs. La France annonce une augmentation de 50 % de sa contribution au FIDA. 600 millions sont engagés par la France pour l’Afrique rurale. Il reste beaucoup à faire. Les États doivent avoir un agenda d’intensification et de simplification. Ce forum est une première étape. Ce qui est très important est de développer des solutions basées sur la Nature et d’autres sur la vitalité des écosystèmes des pays africains : 2 changements de paradigme très profonds.

L’agro-écologie renforce la nutrition des populations en respectant la biodiversité.

En mai se tiendra la conférence sur le financement de l’Afrique. Il faut être à la hauteur des engagements pris. Les États ont 9 ans pour réussir cette initiative. L’avenir des 11 pays et du continent africain sont en jeu. Il s’agit d’une formidable ambition.

Merci I.Woodall pour ce compte-rendu.